top of page
Journaux

PUBLICATIONS
par année

Ancre 1

PUBLICATIONS 2017

Dernière mise à jour : 28 sept. 2023

Décembre 2017

Mercredi 27, François Letourneux, agronome et Vice-Président du comité français pour l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) était l'invité des Matins de France Culture la semaine dernière. Voir cette très courte vidéo où il déclare entre autre ceci : « On est 7,5 milliards et on devrait être 5 millions. Un gros mammifère omnivore, normalement les effectifs c'est 2 ou 3 millions : l'ours brun, le chimpanzé… On n'a donc plus le choix : toute la biodiversité dépend de nous.»


Lundi 25, Afin de faire baisser la natalité, La France va aider le Niger à scolariser plus de jeunes filles. En effet, selon Mahamadou Issoufou président du pays : « agir contre la démographie galopante est, l'un des moyens de lutter à la fois contre les migrations et contre la menace des groupes armés djihadistes.»

Mercredi 13, pour le chercheur Serge Michailof « la croissance de la population en Afrique de l’Ouest conduira inévitablement à des migrations de grande ampleur ». C'est ainsi qu'est présenté son article intitulé Quand Macron évoque la démographie africaine, cela concerne directement l’Europe, article publié hier sur Le Monde Afrique.

Mardi 12, la question de l'influence de la démographie sur le changement climatique a été traitée par le président de notre association lors d'une causerie organisée par l'association Avenir Climatique le samedi 9 décembre dernier :


Jeudi 7, le magazine Le Pèlerin, dans son numéro du 30 novembre dernier, a consacré un dossier à la démographie intitulé "Trop de bébés la planète en danger ?" en interviewant trois personnes : Gérard-François Dumont (Géographe & Démographe), Bruno Saintôt (Jésuite) et Anne-Marie Teysseire (Secrétaire de notre association).


Novembre 2017

Mercredi 29, En déplacement au Burkina-Faso, le président Macron a évoqué la démographie du continent 70% de jeunes, c’est ça l’Afrique. Alors oui c’est une chance, je vous l’ai dit. Mais la démographie renvoie à des choix personnels, intimes. Mais cela doit être un choix, en particulier pour les jeunes filles et pour les femmes. Partout où vous avez 7 ou 8 enfants par femmes, est-ce que vous êtes sûrs que c’est le choix des femmes ? Je veux le choix pour une jeune fille, si elle le souhaite, de faire ses études. Elle doit pouvoir faire ce choix, elle. Je veux qu’une jeune fille ait le choix de ne pas être mariée de force à 13 ans et de faire des enfants. Non pas parce qu’un président de la République l’aura voulu, parce que vous l’aurez voulu. Nous devons avoir ce débat responsable. »


Mardi 28, le journal Ouest-France s'intéressait hier au département de Mayotte « plus grande maternité de France, avec 9.514 naissances en 2016, une projection de 10.000 pour cette année, et un indice de fécondité de 4,1 enfants par femme » [en réalité 5,0 selon l'INED], sans pour autant remettre en cause les effets dévastateurs de l'absence de politique migratoire et des "allocations braguettes" sous les tropiques…


Mardi 14, Un appel de plus de 15.000 scientifiques a été publié aujourd'hui sur le journal Le Monde. Parmi les treize « mesures efficaces et diversifiées que l'humanité pourrait prendre pour opérer sa transition vers la durabilité » figurent les deux suivantes : « réduire encore le taux de fécondité en faisant en sorte qu'hommes et femmes aient accès à l'éducation et à des services de planning familial, particulièrement dans les régions où ces services manquent encore » et « déterminer à long terme une taille de population humaine soutenable et scientifiquement défendable tout en s’assurant le soutien des pays et des responsables mondiaux pour atteindre cet objectif vital. »

Les suites médiatiques de cet appel :

A tout seigneur tout honneur, tout a "commencé" avec l'article de BioScience (13/10/2017) cosigné par 15.364 scientifiques de 184 pays et publié à dessein au beau milieu de la COP23 qui se déroule à Bonn en Allemagne.


Le soir même, LE MONDE faisait sa Une sur le sujet en déclinant les treize "mesures efficaces et diversifiées que l’humanité pourrait prendre pour opérer sa transition vers la durabilité" dont les deux suivantes qui concernent la démographie mondiale : « réduire encore le taux de fécondité en faisant en sorte qu’hommes et femmes aient accès à l’éducation et à des services de planning familial, particulièrement dans les régions où ces services manquent encore » et « déterminer à long terme une taille de population humaine soutenable et scientifiquement défendable tout en s’assurant le soutien des pays et des responsables mondiaux pour atteindre cet objectif vital ».


LE FIGARO a repris ensuite l'info avec ce titre : "Nous mettons en péril notre avenir : 15.000 scientifiques alertent sur l'état de la planète" et a même invité Pierre Rabhi le lendemain pour un entretien où le célèbre agrobiologiste a déclaré "être opposé à la limitation de la démographie". Ce même jour FRANCE INFO est aussi intervenu sur le sujet.


Dès le 15/11, LA CROIX a fait sa Une sur cet appel et en page intérieure du quotidien chrétien on pouvait lire ceci : « En pleine COP23 qui se tient à Bonn, en Allemagne, 15.000 scientifiques du monde entier ont publié, lundi, un appel urgent à sauver la planète. Selon eux, la préservation de nos ressources et de notre environnement passe, entre autres, par une limitation de la population.»


Le même jour, le 28mn d'ARTE était intitulé "COP23 : faut-il limiter les naissances pour sauver la planète ?" et recevait : Laure Noualhat, journaliste et spécialiste de l'environnement, Gaël Giraud, chef économiste de l’Agence Française de Développement et Jean-Joseph Boillot, économiste et spécialiste des pays émergents. Signalons aussi RFI qui a interviewé Pierre-Henri Gouyon, biologiste et signataires de l'appel, sans faire cependant référence à la démographie.


Le 16/11, ce fut le tour de L'INFO DU VRAIYves Calvi a reçu Jean-Marc Jancovici et Hervé Le Bras, sur le thème "Sommes nous trop sur la planète ?" et du 24h PUJADAS où le journaliste avait convié Laure Noualhat, Yves Cochet, Gilles Pison et Jean-Louis Etienne.


Le 17/11, BASTAMAG.NET s'est montré beaucoup plus réservé avec un article intitulé : "Faut-il vraiment limiter la population mondiale pour sauver la planète ?" et aujourd'hui sur FRANCE INTER l'émission "On n'arrête pas le débat" où les deux intervenants (Christian Chavagneux d'Alternatives économiques et Emmanuel Lechypre de BFM Business) n'ont même pas eu à débattre… puisque du même avis.


Le 21/11 encore sur FRANCE INTER, "Un jour dans le monde" intéressant avec Jacques Veron


Signalons aussi les très nombreux commentaires des internautes à la suite des articles du Figaro (plus de 700) et du Monde (un plus de 70, mais il faut être abonné pour intervenir), ainsi que les 125 likes sur la photo représentant la Une du monde et publiée sur la page Facebook de notre association.


Cet inventaire ne prétend évidemment pas être exhaustif.

Mercredi 8, signe des temps, la démographie s'invite dans le métro parisien…


Octobre 2017


Mercredi 18, Marie-Eve Perru, représentante parisienne de notre association, était invitée hier midi à l'émission Circuits Courts d'Europe 1 pour s'exprimer sur la démographie et par delà sur notre vision du monde.


Mardi 17, voici deux interventions du président de notre association lors de la soirée du 3 octobre dernier, organisée par la Revue (Chrétienne) Projet et dont le thème était "Fécondité : un enjeu pour la planète ?"



Samedi 14, excellent éditorial de Maud Fontenoy, publié hier sur l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, où la navigatrice et responsable de l'environnement chez "Les Républicains" déclare entre autre ceci : « Actuellement, dans 40 pays, près d'un quart des femmes ne peuvent satisfaire leurs besoins de Planification Familiale. Chaque année, on compte 75 millions de grossesses non désirées (environ un tiers de toutes les grossesses) dans les pays moins développés. Dans les pays les moins avancés d'Afrique, l'emploi de méthodes modernes de contraception plafonne à 12%. L'offre de contraception semble être insuffisante et mal organisée. En dix ans, l'aide en faveur de la planification familiale a chuté de moitié dans les pays les plus pauvres. L'ONU appelle ainsi à relancer d'urgence ces programmes. »


Septembre 2017

Le mardi 3 octobre prochain à Paris, la Revue Projet organise une soirée-débat animée par Jean Merckaert (rédacteur en chef de la Revue) sur le thème "Fécondité, un enjeu pour la planète ?", avec le concours de Sandrine Paillard (économiste et animatrice du programme Future Earth), Bruno Saintôt (jésuite, responsable du département Éthique biomédicale du Centre Sèvre) et Denis Garnier (Président de Démographie Responsable).

Mercredi 20, L'INED (Institut National d'Etudes Démographiques) vient de publier son l’étude biennale intitulée Tous les pays du Monde, sous la direction de Gilles Pison et dans Le Monde Afrique d'aujourd'hui, Mr Pison nous rappelle que la population africaine était estimée à 180 millions de personnes en 1900 et qu'elle pourrait être de 4,4 milliards en 2100. Un simple calcul montre qu'on aboutirait alors à une multiplication par plus de 30 en deux siècles : du jamais vu dans l'histoire de l'humanité... et de très très très loin. Pour rappel, la population vivant sur le territoire français a été multipliée par 10 en 2000 ans.


Lundi 4, interview vidéo de Roland Pourtier sur les avantages, et surtout les dangers, de l'explosion démographique africaine en cours. A mettre en rapport avec la publication précédente.


Août 2017

Dimanche 13, signalons la récente publication d'une très intéressante interview du géographe Roland Pourtier sur Le Journal du Mali, interview intitulée : « En Afrique subsaharienne, l’alternative à la démographie galopante, c’est le préservatif ou la Kalachnikov.»

Samedi 5, dans un discours prononcé le 3 août dernier à l’occasion du 57ème anniversaire de l’indépendance du Niger, inquiet de la démographie galopante de son pays, le Président Mahamadou Issoufou a déclaré : « si nous n'arrivons pas à éduquer, former, soigner notre jeunesse et à lui offrir des opportunités d’emploi, elle sera un handicap, pire, une menace pour la cohésion sociale et la prospérité. »

Juillet 2017

Jeudi 27, intervenant lors de la 4ème conférence nationale des jeunes de la ville côtière d'Alexandrie, le Président égyptien Abdel-Fatah Al-Sissi a déclaré « que le taux actuel de la croissance démographique en Egypte constitue une menace pour le pays. »

Mardi 25, mise en ligne par Plumestudio de l'Interview croisée de Didier Barthès (Porte-Parole de Démographie Responsable) et de Claude Veyret (Ecologie au Quotidien) au salon Primevères 2017 de Lyon.


Lundi 24, le 2 août prochain, selon les calculs du Réseau Empreinte Globale, aura lieu le "Jour du Dépassement". Pour cette occasion et face à l'urgence des mesures à prendre pour stopper son avancement, le Journal Minimal publie un article intitulé : Alerte ! Le 2 août 2017, nous aurons «consommé» la Terre.


Dimanche 23, selon une publication de ce jour de Jeune Afrique, « les parlementaires de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao, 15 pays), de la Mauritanie et du Tchad ont affirmé samedi vouloir limiter à trois le nombre d'enfants par femme afin de faire baisser de moitié, d'ici 2030, le taux de fécondité le plus élevé au monde.» Excellente nouvelle ! Espérons que les gouvernements vont suivre.

Jeudi 20, Vidéo du débat organisé par Agathe Rigo journaliste au site 8e Étage, portant sur l'évolution de la démographie mondiale, avec Gilles Pison (démographe à l'Institut National des Etudes Démographiques) et Denis Garnier (Président de l'association Démographie Responsable), et ce quelques jours après de la publication des nouvelles projections de l'ONU.

Mardi 11, le Président Macron a fait allusion à la démographie africaine lors du sommet du G20 qui s'est tenu en Allemagne à Hambourg les 7 et 8 juillet derniers. Il a entre autre déclaré ceci : à 0'20" « Le défi de l'Afrique est civilisationnel. Quels sont les problèmes en Afrique : les états faillis, les transitions démocratiques complexes, la transition démographique qui est un des problèmes essentiels » et à 2'05" « Quand des pays ont encore 7 à 8 enfants par femme, vous pouvez décider d'y dépenser des milliards d'euros, vous ne stabiliserez rien. »


Juin 2017

Mercredi 21 : Nouvelles projections démographiques de l'ONU d'ici à 2100.

Aujourd’hui 21 juin 2017, comme tous les deux ans à l’approche de l’été, les démographes de l’ONU publient la révision de leurs projections démographiques pour chaque pays et pour la planète dans son ensemble et ce jusqu’en 2100. En matière de projections, les incertitudes et marges d'erreurs sont d'autant plus importantes que l'échéance est lointaine, mais peut néanmoins retenir les éléments suivants :

Les projections pour 2050 qui avaient été en 2009 / 2011 / 2013 / 2015 respectivement de 9,1 / 9,3 / 9,6 / 9,7 milliards, sont très légèrement en hausse et passent en 2017 à 9,8 milliards.

Par contre, concernant 2100, alors que les projections de 2011 / 2013 / 2015 tablaient sur 10,1 / 10,9 / 11,2 milliards, selon celle de 2017 nous nous stabiliserions à 11,2 milliards, ce qui reste néanmoins considérable.

Alors que nous sommes déjà 7,5 milliards d’humains aujourd’hui, ce cap étant précisément franchi cette année, la perspective d’être 3,7 milliards de plus à la fin du siècle reste donc assez inquiétante, surtout si l’on tient compte du fait qu’avec l’effectif d’aujourd’hui, la planète a déjà été franchement mise à mal (réchauffement climatique, sixième extinction de la biodiversité, pénurie annoncée des énergies fossiles,…). D’ailleurs, le Jour du Dépassement calculé par le "Global Footprint Network" devrait intervenir dès le 2 août prochain, soit quasiment 5 mois avant la fin de l’année… si nous voulions n’utiliser que ce que la planète produit en un an.

Espérons que cette publication, toujours aussi alarmante, réveillera les esprits et permettra aux organisations internationales de s’investir résolument dans la promotion de la famille restreinte, à savoir deux enfants par couple, et ce via l’éducation des jeunes filles, qui est très en retard sur celle des garçons, le recul de l’âge du mariage là où c'est nécessaire, la gratuité de la contraception et toute autre mesure non coercitive pouvant accélérer le processus de baisse de la fécondité dans les pays en voie de développement.


Lundi 19, Quand la fécondité repart à la hausse, tel est le titre de l'article fort intéressant publié le 6 juin dernier sur le site Orient XXI et qui s'intéresse en particulier au cas de la Jordanie et de l'Egypte où la transition démographique marque le pas.

Mai 2017

Dimanche 14, suite au colloque consacré à la "Transition Démographique" en Afrique et organisé les 11/12 mai derniers par l'INED et l’AFD, le magazine Usbeck & Rica a publié hier un article intitulé : L'interminable explosion démographique de l'Afrique.

Mercredi 10, interview fort intéressante de Fabien Niezgoda (membre du Mouvement écologiste Indépendant) où les rapports entre l'écologie et la démographie sont clairement énoncés. Fabien Niezgoda est aussi l'auteur avec Antoine Waechter d'un ouvrage intitulé Le sens de l'écologie politique.

Jeudi 4, A l'occasion du passage aux 7,5 milliards, qui a lieu en cette année 2017, plusieurs associations publient une tribune commune.

Il s'agit de : Ecologie sans Frontières, Convention Vie et Nature, Sea Shepherd France, Décroissance-MOC, Décroissance Ile de France et Démographie Responsable.

Avril 2017

Vendredi 21, voici les opinions des candidats à l'élection présidentielle (ou candidats à la candidature) ayant répondu au questionnaire envoyé par notre association leur demandant de se prononcer sur différents aspects de la question démographique.

élections présidentielles 2017

Samedi 8, alors que la Guyane est bien mal en point, on lira avec intérêt cet article publié le 6 avril dans Paris Match et concernant un autre département d'Outre-Mer que la France a aussi bien du mal à gérer et dont voici quelques extraits : « La population de Mayotte est une énigme. Selon l’Insee, elle se compose de 235.132 habitants. En réalité, elle pourrait s’élever à 340.000, voire 500.000, dont plus de 50 % de mineurs, 60 % d’étrangers, dont 40 % sont clandestins… L’explosion démographique est un fléau, martèle un fonctionnaire. Il n’y a pas assez de ressources. Et toutes les initiatives sont insuffisantes, voire inutiles, face à la corruption. Les relations culturelles et familiales avec les Comores n’aident pas. L’île est une bombe à retardement… Dans un couloir de la maternité du centre hospitalier de Mamoudzou, Illina vient de naître. L’établissement est la première maternité de France ; en 2016, 9.514 bébés ont vu le jour ici. Des bébés français, dont les mères bénéficieront de facilités pour régulariser leur situation. Ce mois de mars est celui du baby-boom, neuf mois après le ramadan. Les autochtones, dit-on, préfèrent accoucher à La Réunion dans des conditions plus confortables. Restent ici les Comoriennes, souvent des adolescentes. La plus jeune avait 11 ans. L’indice de fécondité français est de deux enfants par femme, le double chez les Mahoraises, le quadruple chez les Comoriennes. »

Dans un bidonville mahorais

Mars 2017

Lundi 27, à l'heure ou la Guyane s'enflamme, on lira avec intérêt cet article paru sur un blog de Mediapart où son auteur analyse la situation et écrit aussi : « La Guyane est le seul territoire de la République qui connaisse un taux de croissance démographique qui la rapproche des pays du tiers-monde ».

Mardi 7, le salon Primevère s'est tenu à Lyon du 3 au 5 mars et comme chaque année, notre association y a tenu un stand. Nous avons aussi présenté une exposition photo dont le thème était "Environnement et Population".

Cliquer sur la photo donne accès à sa page Facebook et permet de la "liker"

Janvier 2017


Mardi 17, dans un article du Monde Afrique publié hier et intitulé Le Sahel est une bombe démographique, « le démographe Michel Garenne a analysé en détail la situation des six pays francophones – Sénégal, Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad – qui se partagent une étendue de plus de 5 millions de km². Il pointe l’échec des politiques de population menées jusqu’à présent et met en garde contre une situation insoutenable, dont l’une des conséquences sera la migration de plusieurs dizaines de millions de personnes. »

Venant en complément, un autre article a été publié le même jour. Dans Migrations africaines, le défi de demain, les journalistes du Monde Arnaud Leparmentier et Maryline Baumard écrivent : « À trop se focaliser sur le Moyen-Orient, on n’a pas vraiment vu venir l’Afrique. En 2016 pourtant, à bas bruit, l’immigration de ce continent de 1,2 milliard d’habitants a détrôné les arrivées syriennes, afghanes et irakiennes en Europe. Selon une communication de Frontex, l’agence européenne de gardes-frontières et de garde-côtes, du 6 janvier, 93% de ceux qui ont débarqué en Italie l’an dernier, venaient de ce continent. »

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Pour une autre année de publications, sélectionner : 

Ici sont affichés les articles sur le sujet de l'impact de la surpopulation sur l'environnement classés par année de publication

bottom of page